Danièle Linhart, "La comédie humaine du travail. De la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale"

comedie

 

 

 Danièle Linhart, La comédie humaine du travail. De la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale, Paris, Érès, coll. « Sociologie clinique », 2015, 158 p., 19€ [Informations] [Compte rendu de Marc-Antoine Pencolé].

 
Commentaires (17)

1. Apolline Ingardia, 1ES, notre dame de Boulogne 10/05/2016

J'ai été très surprise par ce livre car je ne m'attendais pas à ce qu'il m'intéresse autant. Malgré son approche très technique et théorique, je trouve la thèse de la sociologue passionnante et très réfléchie. Ce livre reflète pour moi, la société et le monde du travail actuel. Elle pointe du doigt de façon très juste les problématiques modernes des travailleurs et la souffrance que celles ci engendrent. Une analyse fine et qui en dit long sur l'évolution des comportements dans la société.

2. Déborah Lycée Jean Moulin d'Albertville 07/04/2016

"La comédie humaine du travail" nous offre une immersion dans l'univers des ressources humaines et de leurs capacités à se servir du potentiel humain de chacun pour améliorer le rendement. La démonstration est très bien argumentée et illustrée. Bilan positif.

3. Léo et Roxane, 1èreES2 Arcisse de Caumont 17/03/2016

L'auteur questionne sur l'idéologie Taylorienne et celles des managers modernes. Elle soutient qu'en réalité ces deux façons de travailler entraînent une disqualification des métiers et renforce la domination et le contrôle exercés par les dirigeants. Le travail épuise les salariés et les précarise.
Cet ouvrage de Danièle Linhart nous a paru plus difficile à lire et à comprendre que d'autres de la sélection que nous avions lus. En effet, ce sujet complexe nous paraissait plus abstrait de par notre inactivité dans le monde du travail et donc notre manque de connaissance concrète sur ce secteur de la vie courante. Cependant, l'auteur a réussi à illustrer clairement ses propos grâce à des faits réels et des exemples marquants. Elle nous a ouvert quelque peu les yeux sur la réalité du monde du travail et les difficulté qui y sont liées.
« de façon quelque peu provocante, je dirai que ce qui s'impose de façon flagrante à notre époque, c'est la souffrance au travail. » page 97

4. luckystrike 07/03/2016

14.Dussart Luke, 1ere ES lycée Jules Supervielle

Pour moi, ce livre est dédié à des élèves s'intéressant un minimum au monde du travail car certains abréviations ne sont pas expliquées (DRH) ou même le vocabulaire spécifique. Malgré cela, le livre est en cohérence avec le programme de 1ere. Je n'ai pas tellement aimé ce livre car il parle un peu trop de l'organisation du travail et non de ce qui se passe dans l'entreprise.

5. Zarattin.C Lycée Gutenberg 01/03/2016

Ennuyeux, énervant, barbant et incompréhensible… C’est tout ce que ce livre m’a inspiré. Dès les premières pages qu’on lit, on a affaire à un vocabulaire bien trop complexe, à des abréviations pas toujours expliquées et à un sujet pour ma part un peu trop vague ou mal cerné, c'est-à-dire qu’on plonge quasiment directement dans le sujet sans trop en comprendre l’issu et « l’objet » à en saisir. J’ai également eu l’impression à faire face à une « victime », car dans le premier chapitre, l’auteur nous raconte l’humiliation qu’elle a subie à plusieurs réceptions auxquelles elle a participée, et à chaque fois, on a l’impression d’avoir à faire face à une victime que personne ne comprend, ce qui sur le long terme devient très barbant. La pensée négative que reflète ce livre est également très déprimante, pour nous lycéen qui dans quelques années allons faire nos premiers pas dans le monde du travail. L’auteur nous dit presque d’emblée travail = souffrance. Comment trouver un point positif dans toutes ces démonstrations plus pessimistes les unes que les autres. Ce n’est franchement pas un livre intéressant et recommandable, et j’ai l’impression que je ne suis pas la seule à le penser en vue des commentaires précédents.

6. labouheurecelia 10/02/2016

LABOUHEURE Célia, lycée Jules Supervielle, 1ére ES

Je n'ai pas aimé ce livre de cette auteure Danièle Linhart qui s'attache tout d'abord à décrire, ce qui apparaît être un système idéologique cohérent mit en avant par les nouveaux managers : celui d'une révolution humaniste. Tout d'abord, je n'ai pas aimé ce livre car il y a beaucoup d'informations qui sont difficiles à comprendre pour des élèves de lycée car elle utilise des initiales mais le problème c'est que au bout d'un moment il y en a beaucoup, et donc pour le coup on se perd dans la lecture et donc on ne comprend plus grand chose c'est pour cela que je ne l'ai pas fini. De plus, un élève de ma classe a saisit dans ce livre une part de bonheur que moi je n'ai pas réussi à comprendre.Et puis pour finir, je l'avoue que le thème de ce livre n'est pas un sujet qui m’intéresse le plus.

7. M.Morjane lycée Gutenberg Créteil 1ere ES 08/02/2016

La comédie humaine du travail, de la déshumanisation taylorienne à la sur humanisation managériale est un livre de Danièle Linhart.
Ce livre parle des recherches sociologique de l'auteur plus précisement centré autour de la sociologie du travail, ainsi des mécanismes compliqués et difficiles à comprendre autour de ce thème. Je n'ai pas aimé ce livre je l'ai trouvé trop compliqué, difficile à lire et à comprendre et très négatif. Ce n'est pas le genre de livre que j'ai l'habitude lire et je ne le recommanderai pas à quelqu'un.

8. F.Béhague Lycée Jules Froment 04/02/2016

"La comédie humaine du travail. De la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale" de Danièle Linhart revient sur un thème crucial et bien souvent peu abordé dans notre éducation très scolaire : le monde du travail. Un thème dont on ne manquera pas de souligner l'importance.
Danièle Linhart débute son ouvrage par de nombreuses explications utiles pour aborder cet univers et pose des questions guindant l'ouvrage, motivées par ses investigations et conférences. Elle nous explique clairement ce dont le salarié a besoin, professionnalité, éthique, marque personnelles dans son travail, et oppose ces nécessités aux réalités, déshumanisation, dépossession des ouvrages, pressions permanentes et étouffantes.
Par la suite, elle nous définit et interprète les idéologies dominantes du travail : Fordisme et Taylorisme. Bien que parfois rébarbatif et/ou complexes, ces explications sont nécessaires pour comprendre le travail moderne ainsi que les défis et les problèmes qui l'accompagne.
Enfin, elle effectue une analyse de la situation présente des travailleurs. Pourquoi le travail est il synonyme de souffrance? Quels sont les changements, les nouveaux poids du monde du travail actuel? Toutes des questions auxquelles elle s’efforce d'apporter des réponses, preuves à l'appui.
Pour finir, je considère ce livre comme nécessaire pour comprendre et cerner le monde du travail.Il m'a suscité un intérêt certain malgré des passages parfois difficilement accessibles. De plus, peut-être permet t'il d'acquérir des connaissances utiles pour notre vie professionnelle future!

9. Calange Stephane lycée gutenberg 1er ES 29/01/2016

La comédie humaine du travail. De la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale de Danièle Linhart est tout d'abord un livre composé de termes compliqués à comprendre ainsi que de phrases très longues en majorité. Danièle Linhart analyse en quoi la logique du management moderne n’est pas si éloignée de celle qui a prévalu dans le taylorisme. Dans les deux cas – déshumanisation et sur-humanisation – c’est la dimension professionnelle des salariés qui se trouve attaquée.
Désormais le management moderne revendique l’idée que le salarié est avant tout un être humain dont il faut prendre en considération les besoins, les aspirations, comme les faiblesses. Ce livre montre que derrière cette idée louable s’organise en réalité une disqualification des métiers, de la professionnalité, de l’expérience qui tend à renforcer la domination et le contrôle exercés par les dirigeants. Gérer les salariés en fonction de leur seule condition humaine, c’est nier le fait qu’au travail, ils tiennent des rôles, exercent des fonctions dont ils sont les experts et qui mettent des limites à l’envahissement de leur vie personnelle.

10. ALLOUA 24/01/2016

La comédie humaine du travail,de la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale de Danièle Linhart explique comment le travail peut être déshumaniser. Au premier à bord du livre le titre est accrocheur,on a envie de savoir en quoi le travail peut être une comédie humaine. Ce livre est très compliquer à lire avec un vocabulaire difficile. Danièle linhart dénonce que le travail perd son sens, épuise lorsque les employeurs exercent un contrôle ,une domination sur les employés qui sont mis à l’épreuve qui arrive même a douter de leur propre valeur. Ce livre est tout de même intéressante avec des termes difficiles car il dénonce les réalités du travail qui ne sont pas négligeables.
ALLOUA. A Lycée Gutenberg 1ére ES

11. Amélie Julienne 1ère ES Lycée Arcisse de Caumont 21/01/2016

La comédie humaine du travail. De la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale de Danièle Linhart est tout d'abord un livre composé de termes compliqués à comprendre ainsi que de phrases très longues en majorité. La présence de nombreux titres d'ouvrages est très importante également. Il raconte tout d'abord l’expérience de l'auteure durant des colloques et des rencontres. Il donne aussi le point de vue de D. Linhart sur la ré-humanisation de travail dans les entreprises. Elle n'est pas en faveur avec cette logique de travail. Elle rencontre des difficultés à faire comprendre son opinion. Pour elle « Ce type d'orientation, de stratégie managériale n'est pas nouveau. Il se situe […] dans la continuité du taylorisme et du fordisme. » Cette citation montre bien son désaccord. Tout le livre se base sur une argumentation de son avis personnel. J'ai trouvé ce livre trop difficile à lire en première et préférable d’être lu vers l'age adulte. Je ne me suis pas sentie concernée dans l'implication de l'auteure au sujet de la ré-humanisation du travail.

12. paulinenicet 14/01/2016

j'ai trouvé ce livre compliqué de par le vocabulaire utilisé, cependant il a le mérite d'être intéressant. Danièle Linhart revient sur le taylorisme pour nous expliquer la déshumanisation du travail. Le thème est accrocheur mais malgré cela je n'ai pas trop aimé, ce n'est le type de livre que je lis habituellement et je le recommenderais à des personnes ayants certaines connaiscences sur le sujet pour mieux comprendre le message l'auteur

13. L_Florentin 10/01/2016

J'ai trouvé ce livre intéressant cependant compliqué a comprendre de par le vocabulaire utilisé, mais le sujet reste accrocheur, Danièle Linhart revient sur le Taylorisme pour dénoncer la réalité du travail. Personnellement je n'ai pas trop apprécié, j'ai trouvé le livre trop dur a lire et je le conseillerais à des personnes ayants déjà certaines connaissances sur le sujet.

14. Adrien et Simon Lycée Arcisse de Caumont 1ère ES 17/12/2015

Ce livre de Daniele Linhart évoque le taylorisme et la déshumanisation du travail , emploie des définitions difficiles tels que le taylorisme ou la déshumanisation mais ces termes compliqués sont bien justifiés dans le livre, même si il est compliqué a lire et pour une tranche d'age comme la notre peut paraître inintéressant. De plus, le livre est une sorte de commentaire composé qui peut être apprécié par des individus appréciant ce type de livre. Mais ce livre apporte quand même des connaissances non négligeables sur le taylorisme ou le fordisme par exemple. Nous avons eu du mal à lire et nous l'avons pas terminé car nous avons l'impression de lire 151 pages de cours et nous sommes pas adeptes de lecture d'analyse.

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×