Didier Fassin, "L'ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale"

 Didier Fassin, L'ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale, Paris, Éditions du Seuil, coll. « La couleur des idées », 2015, 601 p., 25€ [Informations] [Compte rendu de Cédric Frétigné].

 
Commentaires (24)

1. Lisa-Mary et Nora, 1ère ES, lycée Joachim du Bellay, Angers 19/05/2016

A la lecture de ce livre, nous avons remarqué que malgré sa longueur, le vocabulaire était simple. Malgré tout, ce livre reste difficile à lire à cause de son sujet. En effet, ce livre nous permet de prendre conscience de la difficulté des conditions carcérales, autant pour les prisonniers que pour les gardiens puisque nous avons les deux points de vue. Nous avons toutes les deux bien aimé ce livre bien qu'il reste un peu difficile à lire.

2. Galasso Matteo 1ES2 Lycée notre dame de Boulogne 17/05/2016

L'ombre du monde, est un roman sociologique écrit par Didier Fassin. Sa lecture est très facile et agréable malgré le fait que le sujet traité ne soit pas simple à comprendre. Le roman, montrant tous les aspects de la prison et de la justice est réellement passionnant.
Cependant, la taille et le poids du livre ne facilitent pas la lecture car la prise en main est difficile.

3. LALE CEYLAN 12/05/2016

Le prologue du livre m’a fait penser énormément aux extraits que nous avons vu en cours de SES du documentaire de Raymond Depardon, Xe chambre. J’ai trouve que décrire un procès juridique était une bon moyen pour introduire le sujet, comme si le lecteur découvrait le monde de l'incarcération pour la première fois en même tant que les personnages. Ceci permet donc au lecteur de découvrir a quel point le système judiciaire est imparfait..

En cours de SES, nous avions étudié le contrôle social et la déviance. En lisant ce livre, j’ai pu relier ce que nous avions vu en cours et le livre. Par exemple, nous avions définit le contrôle sociale en le reliant aux normes valeurs déterminés par une société et dans ce prologue, on peut relever une citation qui évoque cette même idée: “La justice est l’ultime instance ou se proclame et se rappelle la valeur des choses”.

Le prologue évoqua aussi le problème de la réintégration. En effet, l’incarcération empêche les individus a maintenir un travail et des relations a l'extérieur. Ils se retrouvent donc en prison. C’est un problème qui a résonné très fortement avec moi par ce que c’est en effet une situation qu’on retrouve souvent aux États Unis. Contrairement a de nombreux systèmes judiciaires en Europe qui se focalisent plutôt sur la réintégration, celui des États Unis doit faire souvent face a un retour très important de prisonniers qui n’ont pas put se réinsérer dans la société. Le rôle du racisme était aussi intéressant, mais pas très surprenant. Aux États Unis, c’est un problème récurrent qui existe depuis très longtemps.

J’ai trouve que l’introduction qui présenta l’histoire du système punitif était un bon moyen pour illustrer le but du livre. En effet, il ne s’agit pas vraiment de mettre en question la condition des prisons mais plutôt de notre système punitif en général. De plus, cette introduction a fait écho a notre cours sur l'évolution des punitions ( avant on trouvait plutôt des punitions corporelles et aujourd’hui ça se repose surtout sur la privation de la libérée)

En somme, j'ai beaucoup apprécié ce livre, non seulement a cause de son contenu qui était très intéressant, mais aussi grâce a la manière dont il était écrit. En effet, j’ai trouve que ça se lisait comme un roman avec un véritable effort stylistique. La lecture était très facile et captivante! +++++

4. Thomas-Lycée Francais de New York 10/05/2016

A Review of L’Ombre Du Monde by Didier Fassin

L’Ombre Du Monde by Didier Fassin is an anthropological study of the penal system, set predominantly in France. It relates the history of prison, which the author believes to have only truly began in the XVIIIth century, and describes the conditions for prisoners and prison administrators in current french prisons. He examines the uses prison fulfills and the societal stereotypes surrounding it. He also touches on the racial problems faced by the french legal system such as the profiling of minorities.

I enjoyed this book very much, it was an interesting and intricate look into a subject that is rarely ever discussed in depth. I found that the part on the psychological effect of prison on inmates particularly fascinating because it explained the social constructs that aim to redirect criminals away from social deviance.

This book ties in with the current debate about the use of solitary confinement. Solitary confinement is the placing of an inmate in a cell where he is kept alone 24 hours a day, without any human contact for up to weeks at a time. This practice is used as a punishment for various crimes committed by prisoners while serving their time. The traumatic effects of prolonged solitude has been proven to cause numerous psychological issues and is described by most who have lived through it as “worse than death”. While some people believe solitary confinement should be completely abolished due to its inhumane and even unconstitutional nature, others insist that is a necessary form of punishment that ensures control of the penal population.

Didier Fassin is a Princeton social sciences professor and director of studies at EHESS, a leading French institution for research and higher education in the social sciences. Some of his other works are La Force de l’ordre and La Raison humanitaire.

5. Axandre 11/04/2016

L'ombre du monde est un livre qui pour ma part est très interessant. Ce qui m'a particulièrement plu était la facon dont la vie en prison était décrite. Je savais déjà que les conditions en prison étaient difficiles, mais l'auteur qui a mené une enquète détaillée de ce milieu nous montre que la prison n'aide pas les détenus, mais les incite à replonger dans le monde de la violence à leur sortie. Au cours de la lecture du livre nous voyons aussi que la justice et les juges qui sont chargés de punir les futurs détenus ne tiennent pas compte de leurs conditions familiales et de leur réinsertion et n'hésitent pas à les envoyer dans le monde carcéral. Je recomande ce livre et vous souhaite une bonne lecture...

6. Anvo alloua. 1ere ES lycee Gutenberg 4/04/2016 04/04/2016

L'ombre du monde, une anthropologie de la conduite cérébrale, Didier Fassin livre des résultats d'une critique établie à partir de 4 années d'enquête dans une maison d'arrêt et dans le système judiciaire français. Le titre de l'ouvrage résume tout à la fois le postulat de l'auteur et sa méthode. Il s'agit en effet de comprendre le monde carcéral comme le "reflet de la société et le miroir dans lequel elle se réfléchi" et de ne pas limiter cette conquête à une simple étude dela vie derrière les barreaux . Ainsi l'ouvrage évoque le monde carcérale fermé. Pour dire que la prison est l'ennemi commun, elle suscite beaucoup de débat et surtout à qui veut l'entendre << refusez-la, combattez-la sous toutes ses formes car c'est dans les prisons qu'ils enferment vos esprits et construit et construisent votre avenir>>. Cet livre est facile à lire et très intéressant avec un thème original discuté qui permet de rendre compte du milieu carcéral qui nous fait réfléchir, ouvrir les yeux sur notre propre position vis à vis de la justice. La couverture est attirante et simple. J'ai aussi bien aimé cette citation du livre << la face cachée de la France c'est ferme ta gueule assume ta sentence >> et << je vous demande de vous souvenir ce n'est pas parce qu'un homme porte la marque du naufrage qu'au fond de son coeur il est un naufragé >>

7. Maxime L. 1ES2 Lycée Arcisse de Caumont 24/03/2016

L'Ombre du Monde : Un anthropologie de la condition carcérale est un ouvrage de sociologie écrit par Didier Fassin. Il est paru aux éditions Seuil, dans la collection La Couleur des Idées.
Son auteur est un professeur de sciences sociales à l'institute for Advances Study de Princeton.
Le livre aborde le thème du monde carcéral, des lois jusqu'aux conditions de vies en prison. Son but est d'expliquer des faits telle que le doublement de la population carcérale durant les 30 dernières années, l'impact des peines de prison sur la vie des condamnés, la surreprésentation des minorité en prison, le métier de gardien de prison...
Ce livre est issu d'une enquête de plus de 4 ans en milieu carcéral, dans une maison d'arrêt. Le livre se base sur des témoignages de détenus mais aussi de juges et de gardes.
L'enquête menée auprès des détenus montrent que les peines de prisons sont parfois considérées comme injustes par rapport à leur crime. De plus, ce temps passé en prison est, aux yeux des prisonniers, du temps de perdu. Il est effectivement difficile de se former, de travailler en prison. Les conditions de vies en prison sont dénoncées dans le livre et pourraient être résumées en une citation, extraite du témoignage d'un détenu sur le comportement des gardes à l'égard des détenus, «  Ici, en prison, vous n'avez plus le droit d'être humain, vous n'avez plus le droit d'avoir des sentiments, vous n'avez plus le droit d'exploser. La colère, ça vous est interdit. Mais à force d'avaler, on devient à fleur de peau. »(P. 193)
Je conseille ce livre à toutes les personnes s’intéressant au milieu carcéral et aux raisons qui ont amené à la surpopulation des prisons. Ce livre m'a appris des choses que beaucoup de personnes ignorent et qui devraient être plus connues afin de changer la vision de la prison.

8. Lycée Cassini Elisa 23/03/2016

Un livre difficile au premier abord, avec des termes compliqués.

9. lycée Cassini Andréa 23/03/2016

Mon livre coup de coeur, en lien avec ce qu'on apprend en SES ( inégalités sociales, etc). Très intéressant.

10. Marie-Zoé 1ES lycée Arcisse de Caumont 17/03/2016

L'ombre du monde, de Didier Fassin.

Ce livre nous fait le compte rendu de l’enquête de Didier Fassin sur la vie dans les prisons. L'auteur s’appuie sur les témoignages des détenus qu'il a rencontrés et de leurs gardiens. Il nous présente différents aspects de l’incarcération, l'arrivée, le travail, les procès, le parloir… Le livre souligne beaucoup les différents aspects psychologiques.
Un livre relativement facile à lire, bien que quelques mots soit difficiles, et que le volume soit particulièrement épais. J'ai beaucoup aimé que l'auteur intègre des témoignages qui rendent le livre plus vivant et réaliste.

11. Clémence F. 1ère ES au lycée Sivard de Beaulieu. 01/03/2016

L'OMBRE DU MONDE

L'Ombre du Monde est un livre très intéressant, il fait beaucoup réfléchir et change notre vision de la condition carcérale. Cependant, il nous montre des choses que nous ignorons sur l'univers carcéral; les pressions physiques et psychologiques, les possibilités de s'instruire, les surpopulations, les injustices... Néanmoins il est un peu long mais nous apprend énormément de choses, je pense qu'il faut le relire plusieurs fois si on veut tout comprendre. Au niveau de la forme j'ai bien aimé la présentation, le fait d'avoir des citations pour introduire les chapitres est très intéressant car cela nous montre une partie de ce qui nous attend dans notre lecture.
En revanche il faut être curieux et ne pas avoir peur des grands mots. Je le recommande vivement.

12. delphine 01/03/2016

Le corps des autres est un livre écrit par Ivan Jablonka qui traite le sujet des esthèticiennes.
Ce livre est un témoignage de plusieurs esthéciennes a propos de leur métier. Ce livre nous a permis de comprendre que les esthéticiennes sont des psychologues pour les femmes qui viennent dans leur salon. Pour moi ce livre est intérressent car il nous montre les points positifs et négatifs de ce métier. J’ai apprécié de lire des témoignages directs et non juste quelques sondages.

13. Aurélie et Ludivine, 1ES Lycée Sivard de Beaulieu 01/03/2016

« L’Ombre du Monde », Didier Fassin

Ce livre est très intéressant mais est un peu trop long, nous trouvons qu’il y a trop de chiffres et de mots compliqués. « L’Ombre du Monde » recense beaucoup d’informations mais justement, c’est peut-être un peu trop, en effet, il est impossible de tous retenir. Néanmoins, ce livre nous ouvre les yeux sur l’univers carcéral et on apprend des choses que nous ne soupçonnions pas comme par exemple ; les fouilles dénudées, la possibilité d’étudier en prison, … Ce livre dénonce parfaitement les injustices et la surpopulation des prisons.
Au niveau du format, la taille d’écriture est correcte, c’était une bonne idée de mettre des citations en début de chapitres pour les introduire. Par contre, les notes auraient du être placées en bas de pages comme dans la plupart des autres livres et non à la fin, c’était un peu dérangeant. La couverture est certes simple mais efficace. Elle attire l’œil du lecteur.
Néanmoins, une question reste en suspend : pourquoi avoir choisi comme titre « L’Ombre du Monde » ? Pour nous ce titre est intéressant mais reste énigmatique.
Nous recommandons ce livre pour les personnes curieuses et aimant la lecture mais n’ayant pas peur des livres conséquents.

SAUVAITRE Ludivine, LEMONNIER Aurélie, 1ere ES

14. Thibault et Paco, 1ES2 au Lycée Arcisse de Caumont 04/02/2016

L'auteur mène une enquête social dans une maison d'arrêt, il suit les détenus
lors de leurs procès, il révèle les inégalités que peut subir un détenu vis à vis de la justice mais aussi au sein de la prison. Il montre par ailleurs que chaque détenu va réagir différemment à la suite de son incarcération pour lui l'emprisonnement représente une expérience spatiale, temporelle et sensorielle. La violence ou les agressions dont font part certains détenus peuvent être plus ou moins prévisible par le personnel pénitentiaire.
L'auteur raconte l'histoire d'hommes tourmentés, détenus ou surveillants. L'un doit apprendre à vivre dans ce nouveau milieu, en connaître les règles et les normes, il doit changer physiquement et moralement afin de survivre alors que l'autre, le surveillant essaye de faire son travail tout en gardant sa dignité . D'ailleurs, au chapitre 7 (p.295), l'auteur rencontre un détenu possédant des « privilèges » dans le pénitencier pour raison de santé lié à une agression que ce détenu a subi lui causant des blessures à l’œil. A cause de ses blessures le détenu doit être seul dans sa cellule certifié par un certificat médical de la maison d'arrêt car ce dernier souffre d'infection chronique à l’œil. Mais l'intransigeante surveillante n'a tenu aucun compte du certificat médical car elle était bien décidée à faire rentrer dans le rang le récalcitrant. Ce qui entraîna des tensions entre le détenu et la surveillante, l'homme refusa de rentrer dans sa cellule et dit qu'il préférait « aller au mitard » que d’être en cellule avec un autre détenu. Du coup, le refus de dialogue et l'abus de pouvoir de la surveillante a entraîné une situation de conflit démesurée. Juste avant, cette altercation l'homme avait remis à l'auteur un « rap » réaliste sur la condition carcérale mélangé à son expérience personnelle de la prison décrivant les injustices qu'il avait subies et dont n'importe quel détenu peut être la victime. Une phrase de son texte m'a marqué : «  La face cachée de la France C'est ferme ta gueule assume ta sentence ».

Une introduction facile à lire avec un thème original et peu défendu ou discuté permettant de se rendre compte du milieu carcéral. Cela nous fait réfléchir sur nôtre propre position vis à vis de la justice

« La vérité n'est pas le dévoilement qui anéantit le secret, mais la révélation qui lui rend justice. » (p.111)
« Je vous demande de vous en souvenir ce n'est pas parce qu'un homme porte la marque du naufrage qu'au fond de son coeur il est un naufragé » (p.453)

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×